Mardi 10 juin – Les acteurs d'un projet web «Qui trop embrasse mal étreint»

Publié le

Une séance pour réaliser que lancer un projet web n’est pas une mince affaire et qu’il vaut mieux savoir bien s’entourer et ne pas essayer de tout faire soi-même !
Et pour savoir quelles sont les compétences qui se cachent derrière les fonctions des acteurs du web rien de mieux qu’un exercice de décryptage des petites annonces de recrutement. Merci Marie-Pierre ! Le web est encore très jeune et les RH font déjà paniquer tout le monde dans la rédaction des annonces.

En gros pour s’y retrouver il faut déjà parler le même langage que tout le monde et savoir ce qu’est le web 2.0.

Wikipedia :

L'expression Web 2.0 a été proposée pour désigner ce qui est perçu comme un renouveau du World Wide Web[1]. L'évolution ainsi qualifiée concerne aussi bien les technologies employées que les usages. En particulier, on qualifie de Web 2.0 les interfaces permettant aux internautes d'interagir à la fois avec le contenu des pages mais aussi entre eux.

« Web 2.0 » est une expression lancée par Tim O’Reilly en 2004. Il est fondateur des éditions O’Reilly, un éditeur spécialisé dans le domaine de l’Internet. Le terme s'est imposé à partir de 2007.

Dans sa conception initiale, le web (nommé dans ce contexte le « web 1.0 ») comprenait des pages web statiques qui étaient rarement mises à jour, voire jamais. Une première évolution fut réalisée par des solutions se basant sur un web dynamique (parfois appelé web 1.5), où des systèmes de gestion de contenu servaient des pages web dynamiques, créées à la volée à partir d'une base de données en constant changement. Le web était considéré principalement comme un outil de diffusion et de visualisation de données, où des aspects comme le nombre de pages vues et l'esthétique revêtaient une très grande importance.

Les partisans de l'approche web 2.0 pensent que l'utilisation du web s'oriente de plus en plus vers l'interaction entre les utilisateurs, le crowdsourcing et la création de réseaux sociaux rudimentaires, pouvant servir du contenu et exploitant les effets de réseau, avec ou sans réel rendu visuel et interactif de pages web. En ce sens, les sites web 2.0 agissent plus comme des points de présence, ou portails web centrés sur l'utilisateur plutôt que sur les sites web traditionnels. L'évolution des supports permettant de consulter les sites web, leurs différents formats, amène pour l'instant une approche plus centralisée sur le contenu que sur l'aspect. Les nouveaux gabarits (templates) web 2.0 tentent d'apporter un soin graphique, des effets, en restant compatibles avec cette diversité de supports. Dans le Web2.0, l'internaute est acteur. Il contribue à alimenter en contenu les sites, blogs, ...

 

Publié dans Résumé et FeedBack

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain Robert 28/06/2008 22:07

Oui, bien sur, le web 2.0 mis en opposition au web 1.0 !

Pourtant, en 1 phrase, on peut noter que l'un est à la Picasso ce que l'autre est à la DS : le principe est là mais pas encore assez développé.

Le webmaster seul met à jour le 1.0 quand le monde entier met à jour le 2.0.